À l’espace natal

  • Pour accueillir votre accouchement, des maternités d’exception offrent la meilleure qualité des soins et une parfaite sécurité.
  • Les cours de préparation à l’accouchement et l’entretien prénatal du 4ème mois avec votre sage-femme vous permettent d’aborder plus sereinement les premières contractions, la douleur, la péridurale, la rupture de la poche des eaux et ainsi mieux vivre votre arrivée à la maternité.

La maternité

Choisir sa maternité à Paris - Espace Natal, centre de grossesse

La maternité est l’endroit où les mamans – accompagnées par le papa – donnent naissance à leur enfant et où tous deux font connaissance durant les jours qui suivent l’accouchement. Ils y établissent leurs premiers contacts et se familiarisent avec les soins du nouveau-né. Pour cette raison, il est important de prendre le temps de bien choisir sa maternité.

Le choix de la maternité

Décider de la maternité où l’on souhaite accoucher doit faire l’objet d’une consciencieuse réflexion.
L’accouchement peut avoir lieu au sein d’une maternité publique ou d’une maternité privée.

Les maternités sont également hiérarchisées en 3 niveaux.

Maternité de niveau 1, 2 ou 3

Le niveau d’accueil d’une maternité ne correspond en aucun cas à une notation de la qualité des soins. Il s’agit d’une hiérarchisation des établissements, prenant en compte les services et les équipements sur place, nécessaires à la prise en charge du bébé selon son âge (prématurité).

Dans les faits, le choix de la maternité est déterminé par la présence d’une pathologie liée ou non à la grossesse (diabète, hypertension, malformation du fœtus, risque de prématurité).

  • – Maternité niveau I : Dans 90% des cas la grossesse se déroule sans complication et donne suite à un accouchement physiologique. Ces maternités dites « de proximité » représentent près d’une maternité sur deux. Elles sont parfaitement recommandées pour prendre en charge la mère et son bébé dès la fin du 8ème mois.
  • – Maternité niveau II : Ces établissements peuvent accueillir les petits prématurés de plus de 33 semaines car ils disposent d’un service de néonatalogie, appelé « unité kangourou », permettant d’assurer la surveillance et les soins du nouveau-né.
  • – Maternité niveau III : Généralement situées au sein de grands centres hospitaliers souvent universitaires, les maternités de niveau 3 possèdent un service de réanimation néonatal. Ces établissements peuvent accueillir les grandes prématurités et les pathologies pédiatriques complexes (malformation fœtale, maladie génétique).

Note d’expert :

  • Quel que soit le niveau d’accueil, l’équipe médicale et le bloc obstétrical seront tout autant performants et identiques (salle de travail + bloc opératoire).

Note d’expert :

  • Le médecin oriente obligatoirement la femme enceinte vers un centre d’accueil de niveau 2 ou de niveau 3 en présence de certaines pathologies maternelles ou fœtales nécessitant une unité de néonatalogie ou de réanimation néonatale.

Hôpital ou clinique, quelles différences ?

Plusieurs caractéristiques différencient les maternités publiques des maternités privées. Par exemple, la durée du séjour varie entre 2 à 3 nuits à l’hôpital contre 4 à 6 nuits à la clinique.

Pour comprendre, un tableau comparatif :

Maternité publique
(hôpital)
Maternité privée
(clinique)
Avantages3 niveaux d’accueil
Le suivi de grossesse est assuré le plus souvent sur place à partir du 3ème trimestre* seulement
– Les frais sont entièrement pris en charge par la Sécurité Sociale à partir du 6ème mois.
– Les maternités privées proposent un service personnalisé sur mesure
– L’accouchement peut-être assuré par le médecin qui vous a suivi durant votre grossesse
Inconvénients– Les sages-femmes assurent les accouchements physiologiques et font appel à l’équipe médicale de garde en cas de complication (internes, chef de clinique)
-Dans les hôpitaux universitaires,des étudiants (infirmier, sage-femme, médecins) participent à votre prise en charge
– Les cliniques proposent deux niveaux d’accueil (niveau 1 et 2)
– Des frais supplémentaires existent (hospitalisation, compléments d’honoraire) non pris en charge par la Sécurité Social mais pouvant être pris en charge par les complémentaires santé selon le contrat souscrit.

Les maternités privées sont dans la majorité des cas conventionnées

* Le suivi de grossesse à l’hôpital est assuré qu’à partir du troisième trimestre, à l’exception des grossesses particulières et pathologiques qui seront prises en charge plus tôt.

Les places en maternité sont de plus en plus prisées. Il faut penser à s’inscrire le plus tôt possible – dès le premier trimestre de préférence – afin de s’assurer une place dans la maternité de son choix.

Note d’expert :

  • La prise en charge par la Sécurité Sociale n’intervient que dans le cadre d’établissements conventionnés.

Note d’expert :

  • Certains frais et compléments d’honoraires ne sont pas pris en charge par la Sécurité Sociale. Pensez à vous renseigner sur les modalités de ces remboursements auprès de votre complémentaire santé qui vous permettra de calculer votre reste à charge.

En définitive comment choisir ?

En cas d’extrême urgence les établissements sont tenus d’accepter la femme enceinte qui est sur le point d’accoucher. Toutefois, pour plus de sécurité et de sérénité le jour j, il est vivement conseillé de « réserver sa place » plusieurs mois à l’avance.

Le choix de la maternité se discute avec son gynécologue-obstétricien ou sa sage-femme.

  • – L’équipe qui suit ma grossesse sera t-elle présente le jour de l’accouchement ?
  • – Quelle sera la durée du séjour dans la maternité choisie ?
  • – S’informer sur la politique de l’établissement, les équipements dont elle dispose et pourquoi pas se renseigner sur sa réputation.

L’arrivée à la maternité

Dès son arrivée à la maternité, la future maman est prise en charge par une sage-femme qui confirme ou non l’existence d’un travail.
Pendant ce temps et selon le degré d’urgence, le papa (ou l’accompagnant) effectue les démarches administratives.

Note d’expert :

  • Prévenir la maternité de votre arrivée permet aux équipes médicales d’anticiper votre accueil mais cela n’est pas obligatoire.

Etape 1 : L’examen clinique d’entrée

La sage-femme fait le point sur l’avancée du travail grâce à :

  • – Un monitoring qui évalue la qualité et la régularité des contractions. Il enregistre également le rythme cardiaque fœtal pour apprécier le bien-être du bébé
  • – Un toucher vaginal qui mesure la dilatation et l’aspect du col. Lors de l’examen, la sage-femme apprécie la souplesse du périnée. Si le travail est déjà bien avancé, cet examen renseigne la position du bébé ainsi que son engagement dans le bassin
  • – Une mesure de la tension artérielle et une prise de température orientent la prise en charge
  • – Une prise de sang, parfois l’analyse d’urine

En parallèle, la sage-femme établit le dossier médical de la patiente (prise de sang, échographies, antécédents médicaux).

Etape 2 : Salle de pré travail ou de naissance

À l’issue de l’examen clinique, deux situations peuvent se présenter.

Situation n°1 : col non dilaté + contractions

Cette phase de pré travail – qui dure parfois de longues heures – se caractérise par des contractions sans effet sur le col pour le moment.

Le monitoring est alors posé en discontinu par la sage-femme afin de s’assurer du bien-être du fœtus. Si la proche des eaux est déjà percée à ce stade, la prise en charge diffère légèrement (surveillance de la température, bilan sanguin, administration d’antibiotiques).

À intervalles réguliers, la sage-femme évalue la situation et le ressenti de la mère jusqu’au début du travail où elle sera dirigée en salle d’accouchement.

Situation n°2 : col dilaté + contractions

Le col est dilaté d’au moins 3 ou 4cm, les contractions sont rapprochées à intervalles de 2 à 3 minutes et durent entre 30’ et 1 minute. Le travail a commencé ! La patiente est installée directement en salle de naissance ou de travail.

À son arrivée en salle de travail, une infirmière ou une sage-femme pose un cathéter permettant de disposer d’une voie veineuse pour hydrater et injecter si besoin des médicaments comme l’ocytocine (hormone responsable des contractions).

La sage-femme branche le monitoring et évalue en accord avec la patiente le moment le plus opportun pour mettre en place la péridurale avec l’anesthésiste (si celle-ci est souhaitée évidemment).

Note d’expert :

  • Le monitoring est un enregistrement du rythme cardiaque du bébé et des contractions utérines. Grâce à un capteur de pression et à un capteur à ultrasons posés sur le ventre de la future maman, cet examen indolore permet de détecter une éventuelle souffrance fœtale et mesurer la fréquence et l’intensité des contractions.

Que mettre dans sa valise de maternité ?

Pour être sûre d’avoir tout emporté, mieux vaut préparer sa valise quelques semaines avant la date prévue de l’accouchement.
À l’occasion des cours de préparation à l’accouchement, la sage-femme fait le point sur le nécessaire pour la maternité. Pour anticiper et prendre certaines dispositions voici une check-list des indispensables.

Pour la salle d’accouchement

Maman :

  • – Le dossier médical complet (échographies, analyses de sang, fiche d’anesthésie, carte de groupe sanguin, etc.) et les documents administratifs (pièce d’identité, carte vitale, carte de mutuelle)
  • – 1 vêtement ample de préférence à manches courtes
  • – 1 paire de chaussettes
  • – Sa paire de lunettes de vue (si vous portez des lentilles de contact)
  • – 1 brumisateur
  • – magazine, tablette (sans oublier le chargeur) pour s’occuper si le travail tarde à se mettre en route

Bébé :

  • – 1 body manche longue quelle que soit la saison
  • – 1 pyjama ou une tenue de jour
  • – 1 brassière en laine
  • – 1 paire de chaussettes en coton
  • – 1 bonnet
  • – 1 couverture

Pour le séjour

Maman :

  • – 3 tenues de nuit
  • – 1 peignoir et 1 paire de chaussons
  • – Pantalons larges
  • – Culottes en coton sans élastiques
  • – 1 paquet de serviettes hygiéniques ultra absorbantes
  • – Linge de toilette
  • – Trousse de toilette (brosse à cheveux, brosse à dents, savon, shampoing, dentifrice, crème hydratante
  • – Trousse à maquillage

→ Si vous allaitez :

  • – 1 soutien-gorge d’allaitement (une taille au dessus de la taille de fin de rossesse)
  • – des coussinets d’allaitement jetables
  • – 1 tube de pommade à base de lanoline
  • – 2 coques d’allaitement

Bébé :

  • – 5 bodys
  • – 5 pyjamas
  • – 2 brassières en laine
  • – 1 gigoteuse
  • – 5 bavoirs
  • – 5 langes
  • – 1 couverture
  • – 1 doudou
  • – 1 tétine de naissance

→ Pour la toilette :

  • – 2/3 sorties de bain
  • – 1 gel lavant
  • – Crème pour le siège
  • – Brosse à cheveux

Note d’expert :

  • – Tous les vêtements du bébé doivent être lavés une première fois avec une lessive hypoallergénique
    – Prendre des vêtements en 1 mois est suffisant jusqu’au retour à la maison, 3 mois ensuite
    – Prévoir un cosy et un manteau chaud pour le jour de la sortie
    – Si vous prévoyez de donner le biberon, il est conseillé d’apporter un des biberons achetés afin de tester si la forme de la tétine convient à votre bébé